Pianosa, l’île de Circé

Une terre basse et blanche faite de coquillages, qui se fond à la mer jusqu’à la rendre pratiquement invisible aux navigateurs du passé

Lorsque Napoléon y fit son premier état des lieux, en 1814, l’île était complètement déserte: quelques chèvres et des chevaux sauvages, mais comme toutes les îles de l’Archipel même Pianosa - “Planasia” pour les Romains –abritait d’innombrables mystères.

Les arcanes de l’ancien passé de l’île. C’est ici que fut exilé Agrippa Postumus, petit-fils d’Auguste, dans l’an 6 après J.-C. sur volonté de Livia, femme de l’empereur. Elle le fit assassiner quelques années plus tard, en envoyant un tueur à gages sur l’île, après la mort de son mari. Objet de mystère sont également les très vastes Catacombes chrétiennes d’époque romaine (entre le IIIe et IVe Siècle après J.-C.), un labyrinthe souterrain qui s’articule dans le ventre calcaire de Pianosa. Vous trouverez leur entrée à quelques mètres de l’accostage: aurez-vous le courage d’y pénétrer?

L’île fut disputée pendant des siècles entre Pise et Gênes. En 1520, Les Seigneurs de Piombino en deviennent les propriétaires mais après peu les incursions turques-barbares du terrible Barberousse s’intensifient. En 1553, le commandant ottoman Dragut envoya une flotte de 12 navires pour détruire Pianosa: ses bâtiments sont rasés au sol et les 200 habitants sont déportés comme esclaves. Dès lors, elle fut habitée à l’occasion par des cultivateurs saisonniers, des pêcheurs et des bergers jusqu’au moment de la domination française en 1806 qui reconstruisit des postes de défense. En 1806, elle est annexée au Royaume d’Italie et depuis 1858, elle devient une “colonie pénale agricole”, où sont envoyés les détenus destinés aux travaux des champs.

Comment y arriver? Le trajet le plus court est celui qui part de Campo nell’Elba, la commune elboise à laquelle elle appartient. Nous vous conseillons de réserver peut-être quelques jours à l’avance: le bateau lève l’ancre du village vers 10 heures du matin et, en moins d’une heure de navigation agréable, vous arriverez sur cette île basse qui ne dépasse pas les 29 mètres d’altitude (Pianosa doit en effet son nom au fait qu’elle est toute plate).

Pianosa est un petit territoire complexe. Immergée dans un habitat naturel d’une beauté indiscutable et depuis peu inaccessible. Vous serez surpris à l’arrivée par son architecture néogothique, fruit d’un plan de reconstruction de Ponticelli, un des premiers directeurs de la “colonie pénale agricole”. Et puis, après vous être engouffrés dans le territoire off-limits de la prison, vous serez de nouveau enchantés par l’imposante muraille en béton armé qui coupe l’île en deux, legs de la lutte à la mafia. Un monument d’archéologie contemporaine qui semble adapté se convaincre que la prison de haute sécurité était vraiment inexpugnable.

Une île sauvage et fascinante, absolument à découvrir. Pianosa est le lieu idéal pour les activités sportives. Vous pourrez faire des randonnées à pied, en vélo voire même en calèche.  A ne pas rater une baignade à Cala Giovanna (le seul endroit où c’est autorisé), une longue plage de sable fin et blanc à côté du village et où donne la villa d’Agrippa. N’oubliez pas votre masque puisque les fonds de Pianosa font partie des plus animés et denses de l’Archipel, puisque protégés de la pêche indiscriminée depuis plus de 150 ans en raison de la présence de la prison: avec un peu de chance, vous pourrez voir également quelques dauphins s’amuser à l’horizon.

Certainement cette île ne sera pas avide d’émotions et de réflexions pour ses visiteurs. Vous tomberez amoureux d’un territoire si petit, stratégique, d’un côté son urbanisme désagrégé de la réalité carcérale et de l’autre naturellement protégé, de la beauté de ses criques, de ses baies et de ses rochers dentelés.