L’île de Gorgona, la plus petite de l’Archipel

L’île de Gorgona est un précieux écrin naturel qui s’est conservé ainsi grâce à son isolement. Y arriver est une vraie aventure mais qui vaut la peine d’être vécue.

La Gorgona est la plus petite et la plus au nord des îles de l’Archipel Toscan. Située dans la Mer ligurienne, elle appartient à la commune de Livourne, située à environ 37 km. Elle vous apparaîtra presque comme une montagne verte en pleine mer même si on dit que, vue de la Toscane, sa silhouette rappelle le profil d’un visage de femme ou d’un énorme cétacée, plaqué sur l’horizon.

Une colonie pénale agricole a conservé le territoire. Depuis 1869, c’est une colonie pénale agricole: pour cette raison, il était interdit de s’approcher de ses côtes et même aujourd’hui pour pouvoir le faire, vous devrez programmer votre sortie un peu à l’avance. La présence de la prison a fait que cette île restait peu habitée (actuellement on compte à peine plus de 60 résidents en plus de la population carcérale), en préservant ses côtes et en la rendant un petit paradis terrestre actuellement inséré dans le Parc National de l’Archipel Toscan. Son altitude maximale atteint les 255 mètres et sa superficie tout juste deux kilomètres carrés.

Comment y arriver? Si vous partez du port de Livourne, après une heure environ de traversée, vous arriverez à destination sur la côte orientale, pour débarquer à l’accostage  Scalo di Gorgona. A peine plus haut, on trouve un ravissant peut village de pêcheurs, fondé au début du XIXe siècle et jonché d’anciennes fortifications: l’ancienne Vieille Tour à pic sur la mer, construite par les Pisans en 1283, domine majestueusement même si pratiquement en ruine et la plus récente Tour Nouvelle Médicéenne, construite par le Grand-Duc Come Ier des Médicis.

Une petite île au cœur vert. La côte Est, la plus douce, est caractérisée par trois vallées qui correspondent à trois baies: Cala MaestraCala MarconaCala Scirocco.  Ses fonds, protégés depuis longtemps et non perturbés par des activités humaines, ont permis la prospérité d’espèces marines rares et délicates: épis d’eau, langoustes, homards, écrevisses, gorgonies et une infinité de poissons. La côte Ouest, au contraire, est caractérisée par d’imposants rochers à pic sur la mer sur lesquels règne le maquis méditerranéen avec ses chênes verts et des bois de pins d’Alep. La flore de l’île vante plus de 400 variétés de plantes où déambulent des lapins sauvages et tout autour, vous pourrez entendre la mélodie d’oiseaux résidents comme les mouettes et les hirondelles de mer. Vraiment comme les autres perles de l’Archipel Toscan, même la Gorgona vous offrira des tapées de merveilles naturelles et de paysages.

Une île qui fonde ses origines dans des époques très anciennes. Sa position stratégique, à la frontière entre la Mer ligurienne et Tyrrhénienne la rendit totalement rivale depuis l’Antiquité: Grecs, Étrusques et Romains l’ont fréquentée et nommée (Gorgona dérive du grec Gorgòna, la créature mythologique qui avait des serpents à la place des cheveux et pétrifiait tous ceux qui la fixaient dans les yeux). Parmi les témoignages de son arcan passé, vous trouverez la Villa Margherita, placée sur les hauteurs, construite sur d’anciens fondements romains. Aux premières lueurs de la chrétienté, des ermites et puis des moines d’ordre bénédictin et cistercien y ont vécu épisodiquement jusqu’en 1777.

Si vous êtes passionnés de mystères, vous trouverez du pain à vous mettre sous la dent en terme d’imagination en explorant l’ancien monastère fondé par l’abbé Orose en 591, dans l’église, on vénérait les reliques de San Gorgonio et il fut visité par Sainte Catherine de Sienne. Une expérience intense qui vous plongera dans une atmosphère monastique de grande suggestion!