Elbe: mer, terre, vent et peuples anciens

L’extraordinaire variété environnementale de l’île d’Elbe reflète sa complexité historique et vice-versa. Une synergie inattendue qui vous surprendra

On raconte qu’Aphrodite, surgie de l’écume de la Mer Tyrrhénienne, pour rejoindre son bien-aimé Éros qui l’attendait sur les rives, perdit son collier de perles que lui avait donné Pâris. Sept perles de ce collier, au lieu de couler, restèrent à la surface en dessinant les sept îles de l’Archipel Toscan. Parmi elles, l’Elbe: un gros rocher en forme de poisson qui nage vers l’Ouest, d’un vert luxuriant et grouillant de vie, ayant un cœur de métaux et de pierres précieuses. Les légendes et les gestes des peuples sont encore le pivot de l’île, le fil conducteur qui unit la nature à l’histoire illustrant parfaitement le pouvoir envoûtant que dégage l’Elbe.

Peuples anciens et commerce fleurissant. L’homme s’installe sur l’île il y a 4.000 ans environ, mais c’est grâce aux populations étrusco-romaines que l’Elbe entre dans les routes commerciales les plus prisées et est modelée selon les demandes continentales: des châtaigneraies utiles pour la construction civile et navale et pour alimenter les charbonniers; des vignes et des cultures, sur chaque colline et vallée, jusqu’à quelques mètres de la mer; des résidences, des forteresses sur une éminence et des villas. Ces mêmes villas où les amphores vivaient leur moment de splendeur, retrouvées au fond de la mer suite à des voyages malheureux,  que vous pouvez admirer aujourd’hui dans les musées de l’île.

Du Moyen-Âge à la Renaissance, sous la menace des voiles noires. Les pirates mauresques, levant l’ancre de l’Algérie et de la Turquie, pendant presque mille ans, mirent à feu l’Elbe et l’Archipel. De nombreuses criques et plages, aujourd’hui rebaptisées pour leur beauté naturelle, portent encore le souvenir d’événements sanguinaires: de la Cala Rossa à Barbarossa, jusqu’à la plage de l’Innamorata, qui retrace l’histoire de Maria et Laurent et de leur jeune amour brisé par les sarrasins.

Nombreuses sont les forteresses nées pour faire face à la menace des pirates. Aujourd’hui, ces bâtiments glorieux, fondus dans la roche et les granits, font partie de l’île même et vous ne pouvez pas rater une visite: du Volterraio à la tour de San Giovanni jusqu’à la citadelle fortifiée de Portoferraio, un incroyable exemple d’architecture de la renaissance voulue par Côme Ier des Médicis, qui la baptisa “Cosmopoli” et qui la pourvut de bastions et de systèmes de défense en exploitant la conformation naturelle du territoire.

Napoléon, souverain de l’île. Peu de siècles plus tard, le tyran corse put profiter d’une trêve de ses guerres et retrouver ses forces, séduit par la douceur du paysage et la nature vierge. Il réaménagea des villas, comme celle des Mulini à Portoferraio, ou comme celle de San Martino et, évoquons sa sœur Paolina, aussi le Théâtre des Vigilanti et de nombreux jardins, enrichis d’orangeraies et de plantes exotiques. Mais l’hérédité napoléonienne inclut également des écoles, de nouvelles cultures, une organisation administrative et civique … Des éléments qui contribuèrent à conquérir l’amour du peuple elbois et à réaménager le paysage selon la tendance continentale.

L’histoire contemporaine et les conflits belliqueux. Une position stratégique et l’opportunité de produire des armes et des munitions grâce à ses ressources en fer ont été les principales raisons de l’intérêt logistique des armements européens au cours des deux grands conflits belliqueux. Comme le témoignent les tunnels entre Procchio et la Biodola, les postes de tir de Capo Poro, les véritables structures militaires avec les casernes et les poudrières de Capo Enfola, les Sémaphores de Chiessi et de Monte Grosso… En se baladant sur les sentiers, on se retrouve face aux murs vieillis par le musc et les années, imprégnés d’histoires de soldats, de généraux et de paysans qui transportaient avec leur âne de l’eau et de la nourriture. A ce propos, très connu est le “Millelire”, les promenades à dos d’âne sur les promontoires autour du golfe où le 17 juin 1944 eut lieu le débarquement anglo-américain pour libérer l’Elbe. Vous pourrez revivre la Somareria dell’Elba en participant à de nombreuses randonnées qu’on organise sur l’île… Pour une journée “à pas d’âne” le long des itinéraires historiques.

Des mythes, des légendes, des récits qui se mêlent à la mer, au maquis méditerranéen, aux pierres et aux sentiers. L’Elbe est imprégnée d’un grand passé à raconter et à revivre. Vous réussirez tout doucement à saisir les histoires susurrées par le vent. Et c’est ainsi que cela se produisit avec les premiers habitants de l’île, vous aussi, séduits par tant de beauté, vous ne voudrez plus vous en séparer.